Semis de Phyllostachys Edulis dans les Ardennes

Par Jean Claude BADRE – 2007

Je vous livre quelques détails sur ma première tentative de culture de bambou à partir de graines de Phyllostachys edulis en provenance de Chine via l’Allemagne. Cette expérience m’a prouvé que cette espèce a la vie dure.

2 juillet 20051 : 29 graines mises à germer. Une graine par petit pot biodé¬gradable rempli de sable de Meuse. Les pots sont placés dans une caissette à fond étanche, sur un lit de sable maintenu humide, le tout exposé à la lumière et au soleil.

9 septembre 2005 : rempotage de 20 pieds au stade de 3 feuilles dans du terreau acheté chez un fleuriste. A ma demande, l’AEB me transmet aimablement une documentation « Recherche sur la culture des semis de Pubescens ».

Hiver 2005-2006 : les semis sont restés dans une pièce chauffée à 19°C. Sur toutes les nouvelles pousses, les feuilles sont sèches, l’extrémité des autres feuilles sèche de moins en moins en allant vers le haut, bien que la tige semble vouloir faire une ou plusieurs feuilles à son extrémité.

23 mai 2006 : rempotage des 20 pieds en pots de plastique de 10 12 cm de diamètre dans du terreau et un peu d’engrais (20.10.10). Tous les pots sont placés dehors sans protection du soleil ou de la pluie.

22 juin 2006 : signes de mauvaise santé : les feuilles jaunissent, se roulent. Il y a probablement trop d’eau et d’engrais dans le substrat. Je dépote pour assécher les mottes.

1er juillet 2006 : rempotage de tous les pieds dans un substrat composé de 2 volumes de terre du jardin, 3 volumes de terreau, 3 volumes de tourbe blonde, 1 volume de pouzzolane, 1 volume de sable de Meuse.

29 aout 2006 : mauvais état général : les feuilles sèchent à leur extrémité, pas de nouvelles pousses. Je rempote à nouveau dans de la terre des bois constituée de feuilles de charme décomposées à laquelle j’ajoute 1 % de fumier de cheval déshydraté.

Octobre 2006 : les pieds reprennent vigueur, je suis tellement soulagé que je les dope avec deux cuillères à soupe d’engrais (10.10.10) par pot…

Novembre, décembre janvier 2007 : l’ensemble des sujets retrouvent une bonne santé.

5 février 2007 : nouvelle déception, les jeunes tiges et les nouvelles feuilles fanent ; j’ai mis trop d’engrais et les jeunes plants ne le supportent pas. Je rempote dans un nouveau substrat : 1 volume de terre de jardin, 1/2 volume de terreau, 2 volumes de terre des bois.

17 avril 2007 : je décide de planter tous les pieds en pleine terre, dans ma propriété : altitude 340 m, terrain acide, 1m à 1,50m de terre argileuse sur schiste, pente de 14 à 18 %, exposition ouest, petit ruisseau à proximité, gorge étroite, humide et entourée par une forêt de chênes et de bouleaux.

Hiver 2007 – 2008 : protection sommaire contre le froid (minimum 12°C) mais surtout contre les sangliers

A ce jour les plus beaux sujets font 1,20 m de haut avec une moyenne de 18 à 20 chaumes de hauteurs différentes, le diamètre maximum observé est de 8 mm pour 5 chaumes. Je pense que tous les plants m’ont pardonné de les avoir fait tant souffrir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s